Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Mongolie et Russie..

16/05/2016 | novosibirsk | 0 commentaire |

Mongolie et Russie..

La Mongolie, un territoire encore assez peu connu mais souvent aux premiers loges des documentaires ou destinations insolites choisies par les voyageurs. C'est un pays qui atise les curiosités, soit pour la beauté supposée de ses paysages, ses contrées sauvages, ses traditions ancestrales. Nous voici alors impatients de découvrir cette nouvelle étape qui s'annonce radicalement différente de celles qui ont précédé notre voyage.
Nous atterissons à Oulan Bator, capitale du pays qui nous surprend d'abord par le climat moins grinçant que prévu, notre première incursion de la ville se fait alors de nuit, ou défilent une jeunesse trépidante, de grands centres commerciaux, restaurants, clubs, hôtels..Nous passons une dizaine de jour ici, le réseau routier étant encore assez peu développé, Oulan Bator est le point de ralliement nécessaire avant chaque villes parcourues, ce qui nous permet aussi de planifier nos déplacements dans ce pays difficilement apprehendable au départ, trouver un guide quand c'est nécessaire, des campements de yourtes spécialement aménagés pour les touristes sous les conseils toujours très avisés de notre hôte Jagaa, le bouche à oreille étant le maître mot dans ce pays. Du temps qui nous permet d'arpenter la ville, ses sites principaux, faire la connaissance des taxis qui sont potentiellement toutes les voitures qui passent, allant et venant sur l'artère principale qu'est la fameuse avenue de la paix dans laquelle boutiques de grandes marques, galeries commerçantes, cafés branchés s'accolent, s'y greffent aussi vendeurs de rue qui proposent cigarettes, fruits, produits artisanaux. Oulan Bator jouit d'un cadre naturel attrayant, la ville est enclavée de majestueuses montagnes, c'est aussi un bon point de départ pour s'imprégner de la culture mongole et sans doute un passage essentiel pour mieux s'informer sur l'histoire du pays. C'est ainsi que nous découvrons le Gandantegchinlin, plus grand monastère bouddhique du pays à l'heure où la cérémonie bat son plein, le musée national, le palais d'hiver, la place de Sukbataar où trône le parlement ainsi que la statue du non moins "glorieux" Chinggis Khaan. C'est une ville qui n'apparaît pas d'emblée attractive chez une personne de passage qui plus est sans point de repère, mais elle possède un visage qui n'est pas accessible immédiatement, disposant d'une vie culturelle riche et dynamique ainsi que d'une élite artistique active et enthousiaste à l'idée de développer et d'élargir la culture locale. Au premier abord, il est moins garantit de tomber sous son charme, Oulan Bator apparaît assez austère, avec son ballet incessant de voitures, ses terrains vagues, ses appartements barricadés derrière des fils barbelés, des bâtisses à l'architecture froide et souvent defraichie, des bâtiments sans enseignes ni façades qui dissimulent des galeries commerçantes, des allées poussiéreuses disséminées de part et d'autre. Comme beaucoup de grandes villes, elle a aussi ses nombreux laissés pour compte qui vivent en yourte ou dans des conditions très sommaires au coeur d'une colonie d'immeubles bétonnés.  
Ici aussi, les trajets constituent un temps fort du voyage, en l'occurrence le bus, facilitant les échanges auprès des locaux, permettant d'observer, inévitablement d'être observés en retour, des voyages rythmés par la projection de chants mongoles ou de sketches comiques vivement appréciés par nos camarades de voyage. Pas de cris, pas de pleurs, les enfants patientent sagement sur les genoux des plus grands, le grand chef d'orchestre étant le chauffeur de bus, personne ne s'impatiente même quand celui-ci refuse catégoriquement de faire des pauses. La prudence est de mise vu l'état des routes en cette période, ce qui nous laissent le temps d'apprécier les paysages, des panoramas absolument hors du commun, peut-être parmi les plus spectaculaires de notre voyage. Ce pays offre une variété de tableaux et de perspectives insoupçonnés, des montagnes recouvertes de neige, des formations volcaniques, territoires jonchés de plaines rocailleuses ou des etendues plus arrides à l'approche du désert de Gobi. Quand elles ne sont pas enneigées, les montagnes arborent des teintes d'un vert puis d'un ton ocre éclatant à l'approche des beaux jours. Quelques campements de yourtes, troupeaux d'animaux, ou bien des lambeaux bouddhistes ornés de tissus colorés - faisant office d'offrandes par les autochtones - nous rapellent la vie humaine quand on traverse parfois des centaines de kilomètres qui en sont totalement dépourvus. Des paysages qui donnent à voir une nature très préservée, une nature abondante ou la vie humaine n'a pas encore sa place.
Le mode de vie des mongole a gardé une grande part d'authenticité qui est pour nous radicalement dépaysante. Nous gardons une très belle expérience au parc de Terelj où nous avons séjourné en yourte auprès d'une famille, à échanger des photos après quelques tentatives laborieuses pour communiquer, expérimenter le thé salé, fromage de yack, beignets de mouton, devenus en définitive spectateurs des impératifs de chacun qu'ils semblent fièrement accomplir devant nos yeux: traite des femelles, retour des troupeaux à l'étable, préparation du repas, découpe du bois. 
Puis nous découvrons Kharkorin, qui fut alors capitale du pays au XIII siècle. Une ville qui aujourd'hui s'apparente à un vaste camp de gers sur un sol de terre battue, saisissante par ses bâtiments délabrés qui ont été oublié et ou les activités du passé semblent complètement révolues, des chiens errants, drôle de ville qui donne à voir de nombreux ossements d'animaux amassés qui juxtaposent les habitations (bétail qui n'aurait pas survécu au froid?), une ville coupée par une route unique, sinon sans chemin, une ville fantôme qu'on imagine difficilement capitale, même si c'était il y a longtemps. En bordure des habitations, totalement isolé et dépeuplé aujourd'hui se trouve le monastère Erdène Züü, très célèbre autrefois, c'était le premier lieu de culte bouddhique du pays et il comptait à lui seul une centaine de temples en activité. Un guide nous ouvre les portes des édifices ayant survécu aux pillages, un lieu désertique où nous sommes presque les seuls visiteurs, des temple au symbolisme spécifique qu'il aura plaisir à nous expliquer, dans lesquels se dressent des statues de divinités, des masques utilisés pour les cérémonies religieuses, des fresques murales très figuratives. Nous retrouvons notre logeuse, l'energique Gaya qui nous propose une yourte aménagée et décorée dans le respect des coutumes locales, un petit espace calfeutré très confortable, pour la toilette, se reporter aux douches publique, la plupart des habitations ne disposant pas encore de l'eau courante. Venus à l'origine pour découvrir la réserve naturelle environnante de Khögnö Khan Uul, on nous fait rapidement comprendre qu'on ne peut pas y accéder actuellement, il faut laisser place aux inattendus et aux improvisations en Mongolie, rien ne se prévoit sans l'aval des conditions climatiques.
Puis Khatgal et le Khövsgöl Nuur ou perle bleue de Mongolie, un lac   très populaire de 2760 km2 surnommé le petit frère baïkal. Un paysage étonnant, un lac entièrement gelé en cette période, traversé par les camionnettes qui doivent se rendre sur l'autre rive ou venus en extraire l'eau pure. C'est à cheval que nous parcourons le village, avec ses hameaux de maisons colorées, ses portes de restaurants barricadées qui n'ouvrent qu'à la haute saison, nous bordons le lac sur des plaines très escarpées,  je serre les dents plusieurs fois parce que mon cheval trébuche ou parce qu'il attribue quelques coups de sabot à ses compères qui s'approchent trop. La randonnée se termine sans encombre heureusement.
Nous terminons notre parcours mongole par le célèbre désert de Gobi, nous sommes guidés par un jeune homme qui expose fièrement sa jeep entièrement équipée, prête à parcourir les pistes laborieuses de cette partie du pays. Et comment, quelques kilomètres après le départ, nous bifurquons vers des pistes cahoteuses que nous ne quitterons plus, on gravite, on virevolte, tandis que les troupeaux de chevaux et de moutons laissent place aux chameaux, les paysages deviennent de plus en plus arides jusqu'à ce que les dunes de sables d'un blanc presque aveuglant fassent leur apparition. Deux journées à traverser le désert, une lieu privilégié pour observer rapaces, gazelles qui parcourent les plaines en toute quiétude, puis nous rejoignons un campement de yourtes habité par une grande famille de trois générations. Nous explorons ses alentours à la tombée de la nuit, un environnement totalement vide et silencieux, avec comme seul bruit de fond le rire des enfants qui ont établis leur aire de jeu sur les amas de matériaux entreposés au fond de la cour. Au dîner, c'est viande de chameau émincee puis nous nous joignons à la famille qui jusque tard dans la nuit, fabrique des rennes à partir de la barbe de ces mêmes chameaux. Les mongoles entretiennent un rapport très étroit avec leurs bêtes, elles sont omniprésentes et sont un moyen de subsistance fondamental pour eux, elles servent à la fabrication de matériel, de combustible avec leur bouse, de vêtements à partir de la peau ou pour isoler la yourte, en plus d'être l'aliment de base.
Nous quittons la Mongolie pour la Russie, drôle de Mongolie, surprenante, unique, radicalement depaysante. Des paysages qui m'étaient totalement inconnus, une culture traditionnelle encore omniprésente qui nous échappe vraiment et qui je l'espère, n'a pas fini de faire rêver les voyageurs.

Nous rejoignons la Russie via le transsiberien, l'expérience commence par les billets de train écrits en cyrillique qu'il s'agit de déchiffrer, avec toujours la crainte de s'être trompé de destination, ou de train d'autant plus que les horaires à prendre en compte sont ceux de Moscou et non de la ville de départ. Voyage très instructif, les voyageurs pour la plupart russes sont très équipés, si bien qu'ils donnent l'impression d'être installé ici depuis des semaines, la mode dans les wagons est au short et aux tongs. Nous comprenons rapidement que le respect des espaces est chose fondamentale, par exemple un vêtement qui pendouille du lit supérieur n'est pas très bien reçu, disons que nos compagnons de voyage ne sont pas très expressifs, et nous n'avons pas encore nos repères. Une femme assise près de nous depuis les débuts s'approche puis sans rien dire, nous dépose pain, fruits, gâteaux qui étaient enfouis dans son sac puis retourne à sa place, ce qui donne globalement le ton de la suite du voyage.
Nous nous approchons de la Sibérie, les paysages sont plus boisés, des pins, des cèdres, puis Oulan Oude, étonnante petite ville perdue entre la Mongolie et le sud de la Sibérie, capitale de la république de Bouriatie, ville où se séparent les lignes transiberien, transmogolien, au métissage culturel unique, qui a su garder les traces d'une architecture soviétique mais aussi peuplée de maisons en bois, de cathédrales orthodoxes, une statue colossale de Lénine se dresse sur la place principale, qui je l'apprendrai plus tard, figure tout de même dans le guiness des records. Un peuple issu de Mongolie à la culture russe, un joyeux mélange qui rend cette ville sympathique, nous permettant de glisser doucement d'un pays à l'autre sans en être trop déconcerté.
Puis Irkoutsk, 700 000 habitants, capitale de la Sibérie orientale, où nous sommes accueillis par la fabuleuse Galina, une femme discrète au regard plein de malice, très disponible pour ses hôtes et sachant les ravir avec des petits déjeuners haut en couleurs.
Nous profitons pour rejoindre la ville de Listvianka à une centaine de kilomètres, qui donne à voir un premier visage du lac Baïkal connu comme étant la plus grande étendue d'eau douce de la planète. Nombreux villages se sont progressivement constitués à son bord, petits villages de pêcheurs qui jouissent d'un cadre unique, ce lac immense dont on ne voit pas le bout, plus semblable à un océan recouvert de glace en cette période. Listvianka, principal site touristique du lac où les auberges privées affluent, une ville bordée d'immenses résidences modernes, lieu très prisé par la population qui vient ici le temps d'une journée ou plus, profiter du cadre naturel, de l'air vivifiant, contempler les paysages comme cette chaîne montagneuse qui surplombe le lac, déguster l'omoule fumé qui est la spécialité de la région
Nous passons aussi quelques jours sur l'île d'Olkon au coeur du lac Baïkal, seconde plus grande île d'eau douce au monde. Nous atteignons la rive par hydroglisseur et suivons l'un des sentiers pédestres pour atteindre Khoujir qui est le village principal. La traversée est mouvementée mais le spectacle nous subjugue, nous empruntons de petits vallons, nous sommes entouré d'un paysage dunaire dont des plages de sable fin bordent le lac encore gelé, d'un blanc éclatant et lisse, l'enveloppe de glace commençant à se fissurer à certains endroits. Les paysages sont entrecoupés par d'abruptes chaines de montagnes karstiques qui dominent le lac, un décor surprenant même surréaliste, l'excursion du lendemain ne fera que confirmer cette impression.
Puis nous renouvelons l'expérience du transiberien dans le but de rejoindre le Kazakhstan, avec cette fois plus de repères au sein de ce mode de vie bien caractéristique, faisant escale à Novossibirsk et Krasnoïarsk pour regagner la ligne qui nous conduira à Astana.

 



Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
16/11/2015 | | 4 commentaires

Pékin, introduction à la Chine

Pékin, introduction à la ChinePékin, on y est! Le début de cette aventure de huit mois qui va nous mener majoritairement en Asie du nord et en Asie centrale. Un périple attendu et anticipé depuis près d'un an.. Les événements tragiques vécus à Paris lors de nore soirée de départ, à quelques centaines de mètres des lieux du drame, ont ... Lire la suite

 
28/11/2015 | xi an, Chine | 1 commentaire

Des grottes bouddhistes de Datong aux vieilles villes de Pingyao et Xi an..

Des grottes bouddhistes de Datong aux vieilles villes de Pingyao et Xi an..À quelques centaines de kilomètres de Beijing, dans le Shānxī, Dàtóng, première étape après la frénésie de la capitale. Une agréble surprise, une cité, deux athmosphères, des abords de la gare et tout au long du parcours qui mène aux fortifications, la ville moderne, des chantiers de construction ... Lire la suite

 
01/12/2015 | | 0 commentaire

Du Hua Shan à Tunxi, de la montagne aux villages du Huizou

Du Hua Shan à Tunxi, de la montagne aux villages du HuizouCette nouvelle étape débute par la promesse d'un grand bol d'air frais avec l'exploration du Hua shan, qui compte parmi les cinq montagnes sacrées du taoisme. C'est à l'origine un lieu de pèlerinage qui comprend quelques temples encore en activité. Nous décidons d'emprunter le téléphérique qui conduit au premier pic en dix ... Lire la suite

 
17/12/2015 | hongkong | 0 commentaire

De Shangaî à Hong kong.

De Shangaî à Hong kong.Shanghai est la mégalopole la plus peuplée de Chine. Outre ses sites incontournables, c'est une ville qui mérite le coup d'oeil car son caractère bien spécifique diffère de tout ce que nous avons pu voir jusqu'à présent.
La ville est parsemée de tours qui se prolongent à l'infini, de créations architecturales ...
Lire la suite

 
01/01/2016 | guilin | 0 commentaire

De Yangshuao à Zhangjiaje, la magie des pics karstiques

De Yangshuao à Zhangjiaje, la magie des pics karstiquesFini les mégalopoles et retour à la campagne pour un bon bout de temps! Après le passage frontière et quelques heures d'attente à Shenzhzen, immense ville nouvelle de quatorze millions d'habitants, une zone économique spéciale, considérée comme la cité la plus prospère du pays de par sa proximité à Hong ... Lire la suite

 
15/01/2016 | kunming | 0 commentaire

Le Yunnan, fin de la Chine..

Le Yunnan, fin de la Chine..A notre arrivée à kunming, nous sommes surpris par le doux climat qui y règne, après une traversée glaciale du nord de la chine, et des températures assez basses dans le centre est. Surnommée d'ailleurs la capitale du printemps éternel, Kunming est la capitale provinciale du Yunnan et constitue le principal point de départ pour qui ... Lire la suite

 
25/01/2016 | vientiane | 0 commentaire

Le nord du Laos..

Le nord du Laos..Deux journée de voyage pour arriver au passage frontière entre la Chine et le Laos, traversant une luxuriante jungle dans le sud du Yunnan, un passage des douanes beucoup plus rapide que prévu; la traversée par terre est vraiment beaucoup plus simple que l'aéoportuaire; et une athmosphère radicalement différente, quittant cette hyperpuissance ... Lire la suite

 
17/02/2016 | muang khong | 0 commentaire

Le sud du Laos..

Le sud du Laos..Nous voici prêts à louer des scooters afin d'effectuer les fameux itinéraires qui sillonnent le sud du pays. Nous recommandons cette traversée à quiconque qui souhaite explorer la région de façon autonome. Les paysages sont magnifiques, recèlent de belles découvertes et sont encore peu perturbés par le tourisme ... Lire la suite

 
15/03/2016 | tokyo | 0 commentaire

Le Japon..

Le Japon..  Le Japon! Quelques heures d'avion, un grand saut qui nous fait passer de l'exotique Asie du sud-ouest au pays du soleil levant, lequel exerce sur nous un indéniable attrait depuis la préparation de notre voyage..  Nous atterrissons à Kyoto située à l'ouest de l'île de Honshu, plus grande île de l'archipel ... Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Les vidéos
Liens à consulter
Mes photos

© 2016 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil